Une autoroute à énergie solaire en Chine

2 janvier 2018
Batteries du futur : le sud-ouest dans la course
29 décembre 2017
Byton annonce le véhicule partagé et autonome du futur
7 janvier 2018
 
Si la France a montré la voie avec le concept Wattway de Colas, la Chine va encore plus loin avec un tronçon de 2 km recouvert de panneaux solaires.

Lors de la COP21, il y a deux ans, Colas avait dévoilé son concept de route solaire. Le revêtement Wattway est composé de dalles photovoltaïques qui s’installent directement sur les chaussées existantes. Les cellules sont insérées dans un millefeuille de couches successives, encapsulées dans des films polymères, transparents et ultra-résistants. Capable de supporter le trafic des voitures et des poids-lourds, ce revêtement utilise l’énergie du soleil pour fournir de l’électricité. En France, la route solaire de Colas est actuellement en test dans plusieurs régions de France.
C’est le cas par exemple à Tourouvre dans l’Orne, à Labergement dans le Doubs, mais aussi au péage de l’autoroute A63 à Saugnacq-et- Muret, dans le département des Landes. Ailleurs, dans le monde, une portion a été aussi aménagée à Tokyo, au Japon, ainsi qu’à West Point dans l’Etat de Virginie (Etats-Unis).

Les chinois ont décidé de tester un concept similaire. Ainsi, une autoroute à énergie solaire a fait son apparition à Jinan, la capitale de la province du Shandong, en Chine. Il s’agit d’un tronçon de deux kilomètres, où les panneaux solaires sont installés entre une couche de béton transparent (dont les caractéristiques ressemblent à ceux de l'asphalte) et un isolant qui les protège de l'humidité. Le projet est porté par le Qilu Transportation Development Group, un groupe chinois spécialisé dans la construction d’autoroutes.

Située sur le périphérique sud de la ville de Jinan, cette portion va pouvoir alimenter en énergie gratuite l'électricité les éclairages, les panneaux de signalisation, les caméras de surveillance, les tunnels ainsi que les péages. L'électricité excédentaire sera transmise au réseau électrique d'État. A terme, l’objectif est d’utiliser l’énergie solaire pour faire fondre la glace l’hiver. Elle pourrait même être utilisée pour recharger par induction les véhicules électriques.

Toutefois, la France a peut-être encore une longueur d’avance dans ce domaine. Dans le cadre du projet européen FABRIC, l’institut VEDECOM travaille à Versailles-Satory sur la recharge dynamique. Il a aménagé une piste d’essai d’une longueur de 100 m qui peut fournir 20 kW à une voiture en mobilité.
electric-road
à propos de vous (TESTE) description1

Laisser un commentaire