parallax background

Renault investit dans la recharge intelligente

Nikola en route vers le camion zéro émission avec Bosch
2 octobre 2017
Toshiba invente la batterie à recharge ultra rapide
17 octobre 2017
 






La mobilité électrique ne se limite pas à la vente de voitures. Certains constructeurs essaient de se positionner sur la recharge, comme Renault qui veut tirer parti des interactions entre le véhicule et le réseau électrique.


Si son allié Nissan a déjà pris de l’avance sur le vehicle to grid*, à travers notamment un accord avec Enel en Europe, Renault entend bien occuper également le terrain. C’est ainsi qu’il faut interpréter la création d’une filiale Renault Energy Services, qui a pour vocation d'investir dans des projets autour des réseaux électriques intelligents en lien avec les différents acteurs de l'énergie.

Dans la foulée, la marque au losange a d’ailleurs annoncé l'acquisition de 25 % des parts de Jedlix, une start-up néerlandaise spécialisée dans le smart charging. Partenaires depuis 2015, les deux acteurs donnent aujourd’hui un nouvel élan à leur collaboration, en s’appuyant à la fois sur l’expertise de Jedlix dans le smart charging et sa connaissance approfondie du secteur de l’énergie, et sur les compétences ainsi que l’expérience de Renault dans le domaine du véhicule électrique. La nouvelle entité mettra certainement à profit la technologie E-Stor développée avec Connected Energy et l'application mobile de recharge intelligente mise au point avec la jeune entreprise néerlandaise. L'application permet d'optimiser « la gestion de la recharge des véhicules électriques pour profiter au maximum des énergies renouvelables et des tarifs les plus bas », explique Renault. Son déploiement est prévu initialement aux Pays-Bas pour la fin du mois d'octobre et une diffusion à l'Europe est prévue en 2018.

La recharge intelligente va devenir incontournable pour accompagner le développement en masse de la mobilité électrique. Elle permet de recharger la batterie quand l’offre d’électricité est plus abondante que les besoins, notamment lors des pics de production des énergies renouvelables, et aux heures où le tarif de l’électricité est le plus bas.

La nouvelle filiale Renault Energy Services va également se concentrer sur les projets de seconde vie des batteries. Une fois retirées de la voiture, elles peuvent encore servir à alimenter des logements, des bureaux, voire les points de charge de véhicules électriques.




*Dans ce mode, les véhicules sont capables d’injecter de l’électricité dans le réseau lors des pics de consommation. En plus de se charger de façon intelligente, les véhicules électriques peuvent donc aussi servir d’unités de stockage temporaire d’énergie.