Contrat de filière
La filière auto s’engage à multiplier par 5 les ventes de VE
23 mai 2018
Store Dot
BP Investit dans la recharge des véhicules électriques
28 mai 2018
Show all

Portraits de StŽphanie Dommange directrice SNCF mobilitŽs

A propos de la SNCF …

SNCF est l’un des premiers groupes mondiaux de transport de voyageurs et de logistique marchandises. Organisé en 3 EPIC (Établissement public industriel et commercial), SNCF couvre 5 métiers : SNCF Voyageurs (transport public régional et interrégional, mass transit, transport moyenne et grande distances dont international, distribution et gestion et développement des gares françaises). Keolis (mass transit- transports publics en Europe et dans le monde), SNCF Logistics (transport et logistique de marchandises), SNCF Réseau (gestion et exploitation du réseau ferroviaire français) et SNCF Immobilier (gestion et valorisation des actifs immobiliers et fonciers).
En Pays de la Loire, le groupe SNCF emploie 8 500 salariés, qui contribuent à faire circuler 550 trains par jour et 27 millions de voyageurs par an, assure l’exploitation des réseaux de tram et de bus d’Angers, du Mans et de Laval. iDVROOM, 2ème société de covoiturage après Blablacar a son siège à Angers. En 2017, SNCF a réalisé 132 millions d’achats auprès de 1400 PME/PMI et TPE ligériennes et investis 245 millions.

 

  • Dans quels axes se situe votre implication dans la mobilité électrique ?

SD :  
Il existe deux axes :
1. Utilisation et diversification à partir du réseau ferroviaire (stations ; sous-stations ; caténaires) : le ferroviaire devient de plus en plus un acteur des nouvelles énergies.
2. Travaux sur des nouvelles mobilités : ces nouvelles mobilités sont pensées électriques et « propres ». Les travaux en ce sens ouvrent sur les pistes innovantes : route électrique, utilisation de l’H2.
  • Avez-vous un historique dans cette nouvelle ère de la propulsion ou êtes-vous un nouveau entrant ?

SD :
La route semble suivre le chemin qu’a pris le rail  dans la première moitié du XXe siècle en la matière : par nature nous sommes un acteur majeur des infrastructures électriques depuis de longues décennies ! Sur les infrastructures ferroviaires l’historique est grand, sur la route ce n’est pas le cas.
  • Pouvez vous nous décrire vos projets d’action dans les deux ans à venir sur ce sujet ? Dans dix ans ?

SD:
Dans les deux à trois ans à venir nous mènerons une expérimentation de nouveaux services utilisant les potentialités nouvelles offertes par des technologies de la route électrique. A horizon 10 ans ce nouveau modèle de service pourrait être déployé non seulement dans les zones urbaines et périurbaines mais également en zone rurale.
  • Comment voyez-vous évoluer la rue électrique devant l’avancée de la mobilité électrique et de nos cortège d’innovations ?

SD :
Au-delà de l’intégration de la rue électrique dans l’infrastructure urbaines des smart grids, la question qui va émerger sera celle de l’adéquation entre les mobiles et l’infrastructure que nous connaissons bien dans le ferroviaire. Nous sommes actuellement dans une phase encore embryonnaire où les normes techniques mais également juridiques ne sont pas encore fixées. Difficile de dire quel modèle l’emportera mais celui qui sera vainqueur sera  sans doute aussi celui le plus respectueux de l’argent public nécessaire à la construction de ces nouvelles infrastructures.
  • Un mot sur ELECTRIC-ROAD, ses travaux…

SD :
Electric Road est une formidable opportunité pour avancer collectivement sur ces sujets. Le sujet dépasse largement le cadre des seuls opérateurs de transports et compte tenu de l’ampleur du thème la structuration d’une nouvelle filière industrielle pourrait être l’accélérateur de développement des nouvelles formes de transport du XXIème siècle.
à propos de vous (TESTE) description1

Laisser un commentaire