EVA, le futur taxi volant et électrique made in France

4 juin 2018
BMW recharge par induction-min
BMW passe à la recharge sans fil
4 juin 2018
EU-Battery-alliance
Filière batteries : la France veut accélérer avec l’Europe
7 juin 2018
 

Installée près de Toulouse, la start-up EVA (Electric Visionary Aircrafts) entend concurrencer Uber et Airbus avec un véhicule électrique capable de décoller à la verticale et de voler grâce à des ailes dépliables.



Lors du salon Viva Tech, le public a été impressionné par le taxi volant d’Airbus, qui était exposé à Paris pour la première fois, mais qui avait été révélé un peu plus tôt au salon automobile de Genève, en mars dernier. La nouvelle version de ce prototype a été réalisée en partenariat avec Audi, qui signe le design du véhicule électrique sur lequel se greffent des rotors. La France entend se positionner aussi sur ce segment de marché, grâce à une start-up du nom d’EVA qui a développé son propre projet de taxi volant. Cet appareil était présenté de façon virtuelle au salon, sur le stand de la RATP qui s’intéresse au projet. Coiffé d’un casque, les visiteurs pouvaient tourner autour de ce taxi, monter à bord, et le voir décoller. Pour l’heure, il n’existe que sous la forme d’une maquette à l’échelle. Un premier vol devrait intervenir au-dessus de Toulouse, d’ici la fin de l’année.

Et pourquoi la ville rose ? Il se trouve que les fondateurs d’Electric Visionary Aircrafts ont choisi de s’installer dans la tour de contrôle de l’aéroport de Francazal, aux côtés d’ Hyperloop HTT. Le concept est innovant, car le véhicule ne mesure que cinq mètres de long pour deux mètres de large (soit, les dimensions d’un monospace). Il pourrait donc se garer sur une place de parking. L’EVA X01 ressemble à un tout petit hélicoptère, sauf qu'il n'a pas de grosses pales sur le toit. Et pour cause : l’astuce vient de ses ailes repliables. L’appareil décolle avec ses ailes repliées, qui se déploient quand il se trouve à au moins 350 m d’altitude. Ce taxi volant est propulsé par 22 moteurs électriques avec des petites hélices. Il peut embarquer deux personnes.

En France, le PDG d’EVA, Olivier Le Lann, est en discussion avec la DGAC (Direction générale de l'aviation civile), pour des expérimentations. Mais, son véhicule volant pourrait arriver d'ici deux ans dans d'autres pays où la législation est beaucoup plus souple. Son prix annoncé est de 250 000 euros.
à propos de vous (TESTE) description1

Laisser un commentaire